Publié le 17/05/2017 à 15:15 / Isabelle Doucet

Politique

Le sénateur du Cantal succède à Stéphane Le Foll

Jacques Mézard nommé ministre de l'Agriculture.

Le sénateur du cantal, soutien d'Emmanuel Macron de la première heure, fait son entrée dans le gouvernement d'Edouard Philippe en devenant ministre de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Alimentation du gouvernement.

Il récupère ainsi la pêche qui avait migré au ministère de l'Ecologie dans le gouvernement précédent.

Agé de 69 ans, le successeur de Stéphane Le Foll est membre du Parti radical de gauche et Président du groupe Rassemblement démocratique et social européen (RDSE). Cet avocat honoraire est aussi adjoint au maire d'Aurillac et président de l'agglomération du bassin d'Aurillac. 

Au Sénat, il a été membre des groupes d'études Économie agricole alimentaire et de la Section trufficulture ; Oléiculture et cultures traditionnelles ; Elevage ; Fruits et légumes et Gestion des déchets.

Les dossiers qui concernent la ruralité et l'aménagement des territoires lui tiennent particulièrement à cœur, tout comme ceux sur l'indépendance de la justice.

Il a dénoncé la réforme des régions considérant qu'elle sacrifiait le Massif central, et il est un fervent défenseur du maintien des départements.

Très tôt dans la campagne, il avait pris position en faveur d'Emmanuel Macron, et il a été acteur dans l'élaboration de son programme agricole.

En revanche, il n'a pas d'expérience européenne, ce qui a inspiré Michel Dantin, sur Twitter : « Un ministre sans expérience européenne pour peser face à Nicolas Hulot. Je souhaite bon courage aux agriculteurs ! »

Dans le Cantal, Jacques Mézard travaillait à la fois avec la FDSEA et la Conf'

Réagissant à la nomination du sénateur du Cantal Jacques Mézard au poste de ministre de l'Agriculture, le président de la FDSEA du Cantal et secrétaire général adjoint de la FNSEA, Patrick Bénézit, décrit un homme « qui vient de la ruralité et qui connait bien l'agriculture » et un «pragmatique ».

Le président de la chambre d'agriculture du Cantal, Patrick Escure le décrit également comme « un pragmatique » et affirme avoir travaillé étroitement avec le sénateur.

Selon les deux professionnels, Jacques Mézard s'est beaucoup engagé sur les dossiers d'export pour la filière bovin viande, mais également pour « mettre des limites aux normes dans le monde agricole ».

« C'est un ministre qui peut amener certaines solutions », estime Patrick Bénézit.

Le porte-parole de la Confédération paysanne dans le Cantal Stéphane Malroux se dit « ravi qu'un Cantalien soit nommé ministre » et rapporte que son syndicat « le voyait souvent ».

Même s'il ne se sent « pas forcément sur la même ligne politique », notamment sur « la place de l'environnement », S. Malroux décrit « quelqu'un avec qui on peut parler même si l'on n'est pas d'accord », et que l'on peut éventuellement convaincre.

"Nous avons le devoir d'aider les agriculteurs", a déclaré Jacques Mézard

Lors de la passation de pouvoir entre Stéphane Le Foll et Jacques Mézard, qui a eu lieu le 17 mai après-midi, le nouveau ministre de l'Agriculture s'est présenté comme " un homme de conviction et de caractère " mais aussi " de concertation ".

" Je connais bien le monde agricole, venant d'un département hyper-rural et agricole ", a-t-il déclaré, soulignant le fait que plusieurs responsables syndicaux au niveau national sont originaires du Cantal, notamment Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.

" Les agriculteurs sont essentiels à la vie de la Nation. Nous avons le devoir de les aider " a-t-il déclaré.

Il dit avoir conscience de " la tâche difficile " qui lui incombe et que " tous les problèmes ne se régleront pas d'un coup de baguette magique ".

Il a précisé qu'il allait constituer son équipe " d'ici la fin de la semaine " puis il engagera les États généraux de l'alimentation, la première priorité étant " le prix payé " aux agriculteurs.

" Il faut arriver à une meilleure coordination entre producteurs, transformateurs et distributeurs ", a-t-il insisté.

Il faudra aussi " poursuivre la transition engagée par Stéphane Le Foll " qu'il a jugé comme étant " un grand ministre de l'Agriculture ".

Ce dernier, très ému en quittant le ministère à pied après cinq années qu'il l'occupait, a été longuement applaudi et ovationné par l'assemblée présente.

 

Avec Gérard Collomb, nommé ministre de l'Intérieur, Jacques Mézard est le deuxième élu d'Auvergne Rhône-Alpes qui entre au gouvernement.

 

Source : Agra
Publicité
Annonces légales