Publié le 08/06/2017 à 08:50 / Marianne Boileve

Législatives

Lors des rencontres avec les candidats aux législatives organisées par la FDSEA et les JA, les agriculteurs ont pointé le décalage entre les solutions proposées et la situation réelle des exploitations. Et suggéré des pistes d'action.

Les agriculteurs isérois sceptiques face aux propositions des politiques.

Au sortir de sa rencontre avec les candidats aux élections législatives, Ludovic Dussurget, éleveur laitier à Estrablin, ne cache pas sa déception. S'il a tenu à venir, c'est pour se faire une idée de ce que les politiques proposent pour résoudre la crise agricole. Mais, il estime que « c'est toujours le même discours. Ils n'ont pas de solution miracle ». L'éleveur aurait « aimé que l'on parle de baisse des charges, de trucs vraiment concrets, rapides. Mais l'agriculture, c'est toujours la dernière roue du carrosse ». Seule l'idée de l'assurance chômage pour les indépendants lui paraît intéressante : « C'est bien, même très bien pour un agriculteur qui ne s'en sort plus. »

Solution collégiale

La plupart des agriculteurs qui ont pris la peine de se déplacer pour écouter et interpeler les candidats invités par la FDSEA et les JA partagent ce sentiment. « Je savais qu'on repartirait sans rien », souffle, un peu amère, Christine Clavel, éleveuse près de Vienne. D'autres se montrent moins résignés. Benoît Vacher, qui élève des veaux en intégration et produit des céréales à Trept, enrage de ne pas pouvoir se payer, cinq ans après son installation. Il est clairement venu demander aux candidats de « changer l'agriculture française », rien de moins. « On se retrouve en concurrence directe avec des pays qui n'ont pas les mêmes normes ; on n'arrive plus à suivre », explique-t-il. Pour lui, la solution est collégiale : « Il faut que les idées fusionnent, que les élus s'entourent de personnes compétentes, de chercheurs, d'agriculteurs, d'économistes, de syndicalistes. On l'a jamais fait... » C'est en tout cas la méthode qu'est en train d'essayer de mettre en place le gouvernement Macron, notamment avec les états généraux de l'alimentation qui doivent s'ouvrir dans les prochaines semaines.

Lors des rencontres organisées par la FDSEA et les JA début juin, les candidats ont exposé leur programme aux agriculteurs.

En dehors de cela, les recettes préconisées par les candidats ne brillent pas par leur originalité. Nombre d'agriculteurs ont eu l'impression d'entrendre un « discours formaté », à droite comme à gauche. Développement de l'agriculture biologique, des circuits courts, des commandes publiques à un « prix normal »... : les solutions - souvent pensées par des urbains - se ressemblent toutes un peu. « Il ne faut pas espérer que toute la production passe dans les circuits courts, avertit un exploitant de Goncelin. Sinon, on va se concurrencer nous-mêmes. Attention à ne pas déstabiliser les circuits et les filières ! »

Défi historique

Pour la bio, les agriculteurs se disent ouverts à l'évolution, mais pas à n'importe quel prix. « On veut bien y aller, mais il faudrait développer la recherche pour trouver des solutions alternatives viables : il ne s'agit pas de se tirer une balle dans le pied ! », préviennent-ils. A Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs, Francis Annequin a opportunément rappelé qu'au sortir de la Guerre, les politiques avaient demandé aux agriculteurs de nourrir la France. « On nous a donné les moyens techniques et matériels pour le faire et on l'a fait, souligne l'exploitant à la retraite. Aujourd'hui la société a évolué. On nous demande autre chose. C'est un autre chantier. Mais avec la succession de crises que nous traversons, c'est très compliqué. Aidez-nous à passer ce cap et nous y arriverons. Nous ne sommes pas plus bêtes qu'avant. Mais il faut nous donner des moyens qui soient productifs, et non des contraintes. » Le message sera-t-il entendu ?

 

Marianne Boilève
Mots clés : RECHERCHE CIRCUIT COURT BIO SAINT-ETIENNE-DE-SAINT-GEOIRS GONCELIN ESTRABLIN CHOMAGE ELEVEUR CONCURRENCE FRANCIS ANNEQUIN CANDIDATS ELECTIONS LEGISLATIVES PASSINS SOLUTIONS ALTERNATIVES
Publicité
Annonces légales