Publié le 26/10/2017 à 09:20 / Isabelle Brenguier

Circuits courts

Un nouveau point de vente collectif ouvre ses portes ce jeudi 26 octobre à Saint-Siméon-de-Bressieux. Plus qu'un magasin, un projet de territoire.

Les 11 associés de la SARL « De nous à vous » ouvrent les portes de leur magasin « Délices des champs », le 26 octobre à Saint-Siméon-de-Bressieux.

Hasard du calendrier.

Au moment où les Etats généraux de l'alimentation battent leur plein dans l'objectif de permettre une plus juste rémunération des différents acteurs de la filière – et notamment des agriculteurs – tout en garantissant une sécurité alimentaire meilleure qu'aujourd'hui, les 11 associés de la SARL « De nous à vous » ouvrent les portes de leur magasin « Délices des champs », ce jeudi 26 octobre à Saint-Siméon-de-Bressieux.
Françoise Vignon, productrice de noix et de noisettes dans la commune et associée de la SARL, estime que « cette installation se concrétise pile au bon moment. Nous n'avons jamais autant parlé de circuits courts, des difficultés des agriculteurs, de juste rémunération, de l'intérêt de bien manger, de transparence, de proximité entre producteurs et consommateurs. Cette actualité nous conforte dans notre idée d'être dans le vrai. C'est rassurant ».

Une belle aventure humaine

La devanture du magasin

 

Contrairement à ce qu'ils pensaient quand ils se sont lancés, il a bien fallu trois années aux producteurs pour voir aboutir leur projet.

Pour cela, ils se sont fait accompagnés de Virginie Thouvenin, conseillère en valorisation des produits fermiers à la chambre d’agriculture de l’Isère, et se sont rapprochés d'autres points de vente collectifs déjà en exercice.

L'expérience de Sandrine Gilloz de la Bergerie des templiers et de Raphaël Jourdan du Gaec des Alpines, associés du « Palais fermier » à Chatte, qui sont aussi dans le projet « Délices des champs » s'est également avérée précieuse.

« Ils nous ont donné des tuyaux sur les choses qui avaient marché et les erreurs à ne pas reproduire », précise la nucicultrice.

Maintenant que les préparatifs sont terminés, la jeune femme reconnaît que « ce ne fut pas tous les jours facile, car ce n'est pas évident de monter un projet à 11 personnes dont la voix compte à part égale. Mais c'est une belle aventure humaine ».

Jean-Baptiste Billon, éleveur à La Frette, avoue pour sa part, se sentir « comme un gosse. Nous sommes très contents d'ouvrir enfin. C'est une très grande satisfaction. Nous sommes un peu stressés aussi car nous voulons que tout soit parfait ».

Une notion de gourmandise

Quelques jours avant l'ouverture du magasin, les associés du magasin sont confiants.

Ils estiment « avoir de bons produits et un bon outil » et savent que « le point de vente est attendu ».

Il répond à une demande formulée par la mairie de Saint-Siméon-de-Bressieux, qui, au moment de la fermeture de l'épicerie du village, avait souhaité la mise en œuvre d'un projet de ce type.

L'équipe municipale l'a donc accompagné en commandant une étude de marché qui s'est révélée très favorable et en mettant à la disposition des producteurs un local bien situé (l'ancienne école de musique) dans des conditions avantageuses.

La collecte lancée sur la plateforme de financement participatif « Miimosa » a particulièrement bien fonctionné.

Les agriculteurs ont reçu 17 000 euros émanant de 207 contributeurs.

Depuis que le projet est initié et que les producteurs en parlent autour d'eux ou par le biais du bulletin municipal, ils reçoivent toujours un bon accueil et perçoivent même une certaine impatience.

Pour l'instant, le magasin sera uniquement tenu par les agriculteurs.

Mais, si le magasin fonctionne comme ils l'espèrent, ils embaucheront un salarié pour les aider.

La création d'un emploi non délocalisable dans une commune rurale comme Saint-Siméon-de-Bressieux serait d'ailleurs une satisfaction supplémentaire.

Après trois ans passés à mûrir le projet, à préparer le magasin, les producteurs des « Délices des champs », un nom qui a fédéré tous les associés pour évoquer une notion de gourmandise, sont fin prêts pour accueillir leurs clients.

Ils ont prévu de multiples animations et dégustations, que ce soit le jour de l'inauguration, ce 26 octobre, et au cours des mois à venir, pour remercier toutes les personnes qui ont cru en leur projet et lui ont permis de voir le jour.

Isabelle Brenguier

Les associés du magasin de producteurs « Délices des champs »

 
Les producteurs estiment « avoir de bons produits et un bon outil » et savent que « le point de vente est attendu ».
La bergerie des templiers, (Sandrine Gilloz et Jean-François Gourdain, Saint-Siméon-de-Bressieux) : viande d'agneau, pain, brioches, farine.
Le Gaec du Sozéa, (Béatrice, Pascal et Simon Baratier, Saint-Siméon-de-Bressieux) : fromages de vache, yaourts, lait cru et pommes de terre.
L'EARL des Brosses, (Jean-Baptiste Billon, La Frette) : viande bovine charolaise, viande de porcs.
Miellerie l'affleure de vie, (Sonia et Régis Gourru, Brézins) : miels, pollen, pains d'épices pur miel, nougats aux noix.
Patrick et Françoise Vignon, (Saint-Siméon-de-Bressieux) : huiles de noix et de noisettes, noix, produits transformés à base de noix et de noisettes.
Bernard Jacquemet, (Saint-Siméon-de-Bressieux) : viande de veaux de lait.
EARL de Gourrat, (Marc et Alexandre Point, Pajay) : pommes, poires, framboises, cassis, groseilles, jus et compotes.
Jean-Paul Piollat, (La Frette) : viande bovine limousine, viande de porcs.
Le potager des Blachettes, (Gisèle Cave, La Frette) : 120 variétés de légumes, basiques, anciennes ou exotiques.
Le Gaec des Alpines, (Raphaël Jourdan et Laurence Nombret, Murinais) : fromages de chèvres.
EARL de la ferme de Coderon, (Bérengère Gudimard, Chassigneu) : poulets, pintades, et volailles festives : canards, oies et dindes.
 

 

 

Mots clés : ISERE CHAMBRE D'AGRICULTURE VENTE DIRECTE MAGASIN DE PRODUCTEURS CIRCUITS COURTS POINT DE VENTE COLLECTIF DELICES DES CHAMPS SAINT SIMEON DE BRESSIEUX VIRGINIE THOUVENIN
Publicité
Annonces légales