Publié le 15/12/2017 à 11:45 / Marianne Boileve

Comptes de l'Agriculture

Pour les syndicats, ces chiffres ne permettent pas de dire que l'agriculture se porte mieux. L'APCA appelle quant à elle à plus de stabilité.

Selon les données prévisionnelles de l'Insee, le revenu agricole serait en hausse de 13% pour 2017.

Après une forte chute en 2016, le revenu agricole remonte en 2017. Selon les données prévisionnelles de l'Insee présentées le 14 décembre à la Commission des comptes de l'agriculture de la nation, le résultat brut de la branche agricole par actif non salarié augmenterait de 13%, revenant ainsi « à son niveau de 2015 », commente l'Insee. En valeur nette, c'est-à-dire une fois l'ensemble des charges déduites, la hausse du revenu par actif non salarié serait même de 22,2%.

Si l'Insee ne publie plus (depuis 2014) l'évolution des revenus par branche, les statistiques sur les volumes de production et les prix donnent quelques indications. Ainsi, on peut noter que les filières céréales et « lait et autres produits de l'élevage » se portent mieux, avec une augmentation sensible de la production en valeur (respectivement +25% et +12.8%), tandis que les filières vin et fruits et légumes voient la valeur de leur production reculer (-9,2% et -10,7%).

L'APCA demande de la « stabilité »

A la lecture de ces chiffres, l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (APCA) constate, dans un communiqué, que l'agriculture subit « depuis une dizaine années (...) des variations de revenu de grande ampleur, toujours préjudiciable à la prise de décision en matière d’investissement ou d’emploi » et elle rappelle que « les agriculteurs ont besoin de stabilité ! ». Pour l'APCA, « il faut éviter que le revenu des agriculteurs ne joue le rôle de variable d’ajustement d’une économie agricole devenue instable ». Ainsi le sursaut constaté apparait « bien précaire » aux yeux de l'APCA, « dans un contexte où les prix s’inscrivent dans un cycle baissier » et où « le libre-échange se généralise par la voie des accords commerciaux préférentiels, ouvrant davantage le marché européen aux productions canadiennes, ukrainiennes, demain celles du Mercosur ».

La ferme France est toujours fragile, alertent les syndicats

La FNSEA et la Coordination rurale (CR) alertent de leur côté sur la portée de la hausse des revenus agricoles en 2017, qui intervient après une année catastrophique en 2016. « Une fausse bonne nouvelle » pour la FNSEA qui estime que « la France, qui se remet à peine des crises qu'elles a affrontées ces deux dernières années, n'est toujours pas en mesure de renouer avec les investissements qui risquent de reculer pour la 5ème année consécutive ».

De même le président d'honneur de la CR, François Lucas explique que « nous les agriculteurs, de plus en plus endettés, sommes très loin de nous y retrouver ! Penser que l'agriculture française se porte mieux serait une erreur ». Les deux syndicats font référence aux États généraux de l'alimentation qui doivent se conclure la semaine prochaine : la FNSEA pour appeler le gouvernement à faire respecter la Charte d'engagement sur la répartition de la valeur, et la CR pour lui rappeler ses engagements sur « la prise en compte des coûts de production ».

Source : Agrafil

Mots clés : FNSEA CRISE COORDINATION RURALE INVESTISSEMENT COMMISSION DES COMPTES DE L’AGRICULTURE REVENU PAR ACTIF FILIERE CEREALES LAIT ELEVAGE PRIX VOLUME INSTABILITE
Publicité
Annonces légales