Publié le 31/01/2018 à 11:45 / Marianne Boileve

Plan Loup

Pour les signataires, la preuve est faite que « la cohabitation est impossible » entre loups et troupeaux.

Plan Loup : une tribune dénonce « les propositions irresponsables » de Nicolas Hulot et rappelle que la cohabitation avec le prédateur est impossible.

Les propositions de Nicolas Hulot dans le cadre du plan loup 2018-2023 sont « totalement irresponsables et déconnectées de la réalité », ont accusé le 29 janvier 450 personnes dans une tribune incendiaire adressée à Emmanuel Macron et Edouard Philippe. « Après 25 années d'expérimentation », la preuve est faite que « la cohabitation est impossible » entre loups et troupeaux, estiment les signataires, parmi lesquels 24 parlementaires et de nombreux élus locaux, qui critiquent vertement le quatrième plan loup présenté le 8 janvier par le ministre de la Transition écologique et solidaire.

Droit à vivre

Rédigée par quatre représentants d'éleveurs, Mélanie Brunet, co-présidente du collectif des éleveurs des Causses, Olivier Maurin, président de l'IGP Agneau de Lozère, André Baret, président du collectif des éleveurs des Causses et de Lozère, et Gérard Landrieu, maire de Prévenchères, en Lozère, ce texte entend mener « le combat du droit à vivre face au permis de tuer que possède dans ses gènes » le loup. Au passage, il appelle à la fin « de l'écrasement des ruraux par la puissance financière cachée derrière les lobbies tel le WWF ». Estimant qu'« il y a aujourd'hui plus de loups en Europe que de paysans dans (les) montagnes françaises », ce texte s'insurge contre le chiffre officiel de « seulement 360 loups en France ».

Source : Agrafil

Mots clés : PLAN LOUP COHABITATION DROIT À VIVRE
Publicité
Annonces légales