Publié le 14/02/2018 à 08:55 / TD journaliste

Lactalis

Des salmonelles de type agona ont été retrouvées dans l'environnement lors d'auto-contrôles en 2009, 2011, 2013, 2014 et 2017.

Des autocontrôles positifs volontairement non délivrés par Lactalis, selon la DGAL.

Patrick Dehaumont, directeur général de l'alimentation (DGAL) du ministère de l'Agriculture, a clairement regretté, le 13 février lors de son audition par la Commission des affaires économiques du Sénat, le manque de transparence de la part de Lactalis.

« Je constate qu'il y a eu un décalage entre les éléments donnés au niveau de l'inspection [par les services vétérinaires à l'automne, ndlr] et ce que l'on a pu récupérer comme autocontrôles » à la suite de l'alerte salmonelle, a-t-il déclaré.

Selon lui, des salmonelles de type agona ont été retrouvées dans l'environnement lors d'auto-contrôles en 2009, 2011, 2013, 2014 et 2017.

« Il est dommage qu'il n'y ait pas eu un questionnement » de la part de l'entreprise suite à ces résultats, a-t-il souligné et de préciser que « la génération spontanée, cela n'existe pas ! ».

Il s'est aussi interrogé sur une possible contamination de la tour n°2 de l'usine de Craon, disant attendre le « dossier que Lactalis doit fournir ».

Il a insisté sur la question de la maîtrise des salmonelles en élevage, estimant que 3% des élevages détiendraient des vaches porteuses de salmonelles. Il s'agirait donc par la suite de pouvoir les détecter pour les éliminer.

source : Agra

Mots clés : ALIMENTATION LAIT LACTALIS SALMONELLE AUTOCONTROLE
Publicité
Annonces légales