Publié le 04/06/2018 à 10:15 / Isabelle Doucet

Manifestation

La FNSEA et les JA ont confirmé qu'un mouvement de blocage devait démarrer le 10 juin face aux « incohérences » soulevées par le projet de loi Agriculture et Alimentation.

La raffinerie de La Mede dans le viseur des syndicats agricoles qui appellent au blocage des sites.

La présidente de la FNSEA a annoncé le 31 mai le blocage des raffineries « dans toute la France » à partir du 10 juin en réaction notamment à la hausse attendue des importations d'huile de palme.

« Nous lançons un mouvement de protestation très fort et dans toute la France qui commencera la semaine prochaine », a déclaré Christiane Lambert, citée sur le site internet du quotidien l'Union de Reims.

La FNSEA et les JA ont confirmé qu'un mouvement de blocage devait démarrer le 10 juin face aux « incohérences » soulevées par le projet de loi Agriculture et Alimentation.

« Certes, ce projet instaure un nouveau code de la route plus favorable à une négociation des prix qui tienne compte des coûts de production des agriculteurs, souligne un communiqué. Mais avant même qu'un début de traduction concrète soit perceptible par les paysans, de nouvelles charges sont déjà annoncées et plusieurs signaux sont émis d'une concurrence toujours déséquilibrée avec des produits importés. »

Le blocage va concerner « dans l'ensemble de nos régions (...) des sites stratégiques, symboles des distorsions de concurrence que nous subissons », précisent les deux syndicats.

Total a été récemment autorisé par l'État à exploiter une bioraffinerie à La Mède, fonctionnant à l'huile de palme.

Souce : Agra
Mots clés : CHRISTIANE LAMBERT FNSEA JA LA MEDE TOTAL HUILE DE PALME RAFFINERIE LA MEDE BLOCAGE MANIFSTATION
Publicité
Annonces légales